Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 octobre 2011 3 12 /10 /octobre /2011 16:33

Voici la seconde partie de ce nouvel arc de INITIUM, un grand projet qui me tiens à coeur. Pour ceux qui l'auraient loupé, voici l'article précédent. Avis aux amateurs de légendes : la prochaine sera certainement consacrée aux origines de SAMHAIN, la fête traditionnelle des morts... même si pour l'instant ce n'est qu'un projet ! 

 

Mandala-Terre.jpg

 

 

« Bonjour, Ethan. Comme tu l’as sans doute deviné, je suis Aërendel, un bon ami de ton père mais également le président du conseil depuis maintenant quelques paires d’années. J’ai pensé que tu aimerais en savoir un peu plus au sujet de ton père, lui qui est si secret d’ordinaire, qui ne dit presque rien même aux personnes avec qui il est le plus proche. J’ai pensé que ce que nous allons aborder dans cette séance pourrait t’intéresser, ou du moins accuser ta curiosité. Aussi excuse moi de t’avoir si brutalement forcé à nous rejoindre, sans quoi je ne pense pas que tu aurais accepté et te serait préparé aussi hâtivement. Ne m’en veux pas si je ne viens pas te parler directement, ceci pour ne pas faire de vague et entendre le mot corruption de certaines bouches qui seraient ravies de tout faire pour pouvoir m’évincer de cette présidence. Commençons. »

Ethan regarda avec attention son interlocuteur, il parut un instant avoir un sourire malicieux à son égard, et même lui faire un clin d’œil. Sa barbe était d’un gris sombre, et ses yeux d’un vert absolument saisissant, il correspondait bien à la couleur du tissu de son unique vêtement. Celui-ci semblait d’ailleurs brodé avec le plus grand soin, et les manches pendaient à ses poignets comme si elles avaient la volonté propre de toucher le sol. Il parut un instant décontenancé, et Ethan crut bien que ces manches étaient réellement en train de s’étirer. Mais c’était seulement son regard qui s’attardait sur tous les détails, les ornements et les formes qui attiraient et plongeait le regard dans un abîme plus profond encore que celui de son regard argenté. On voyait de nombreuses rides se creuser sur son visage, sûrement le témoignage de nombreuses inquiétudes et de maintes épreuves que même Ethan n’aurait pas pu imaginer dans le pire de ses cauchemars. Helphias semblait gêné, et d’un air penaud, comme un chien qui irait à sa niche lorsqu’il a fait une bêtise, il prit sa place au sein du Conseil, tout en bas, fustigé et dévisagé par certains regards réprobateurs de ses supérieurs. Ethan s’impatientait, il écoutait le silence saisissant et l’atmosphère étrange, remplie de respect qui s’était emparée de la salle depuis quelques minutes à peine.

 -          Messieurs, Mesdames membres du Conseil, Citoyens, bienvenue à cette   Mille Quatre cent quatre vingt cinquième séance exceptionnel du Conseil de la Cité Sombre. Nous sommes réunis aujourd’hui pour statuer sur le sort du Conseiller Demius Croswell, en tant que sujet principal de cette invitation à ce réunir aujourd’hui, dans cette salle.

 Bien que tous soient plus ou moins au courant de ce qui se tramait, certains esprits hypocrites ne purent réprimer un élan de surprise qui sonnait faussement véritable, et qui déclencha le regard courroucé d’Aërendel sur l’ensemble de l’assistance.

 -          Je maintiens qu’il aurait du être banni depuis déjà bien longtemps. Depuis que cette traînée lui a fait un enfant vicié, sortant des entrailles d’une humaine. Je n’aurais même jamais cédé à ce genre de personnage sa place sur l’un de ses sièges ! déclara soudainement un membre, situé en hauteur.

 -          Sortez, Raleigh. Immédiatement, et sachez que vous n’êtes plus le bienvenu ici bas. Vous connaissez ma position et vous avez la vôtre. Bien dommage qu’elle ne soit pas autant partagée par l’ensemble des personnes ici présentes.

L’individu dénommé Raleigh regarda Aërendel avec une expression de colère, son regard trahissant un sentiment de profonde injustice.

 -          C’est totalement contraire à toute éthique, Aërendel, et vous le savez pertinemment. Regardez ce qu’ils nous ont fait ! Leurs cultures nous ont rendus malades, nous sommes obligés de vivre en reclus pour se protéger de leur air qui devient de plus en plus irrespirable. Cet enfant n’aurait jamais du voir le jour, il est le fruit d’un amour totalement interdit, stupide et dégoûtant. C’est une véritable honte. Nous l’avons gardé simplement parce que vous en avez fait la demande. Si vous ne m’aviez pas volé la place de président, j’aurais débarrassé notre cité de cette vermine, et aurait retourné contre ces humains leur propre asservissement.

 -          Raleigh, calmez vous, l’ignorance est la pire des carences. Vous êtes aveuglé par la peur et tout ce qui ne vous est pas connu vous effraie. Vous êtes bon au fond de vous, je le sais, sinon il y a longtemps que vous ne seriez plus ici.

 -          Tout ce que je veux, c’est la survie de notre race. Et ce n’est certainement pas comme ça que Demius y a activement participé.

 -          Qui êtes vous pour juger de l’intégrité de mon père et de la nécessité de ma propre existence ?

Le silence fut précédé de vives exclamations au sein de l’assistance, et le visage d’Ethan, qui s’était levé de son siège, furieux d’être déconsidéré à ce point, avait viré à l’écarlate, ce qui reflétait bien sa soudaine colère. Aërendel leva de grands yeux emplis de surprises, et lorsqu’il vit que la situation et l’autorité commençait à lui échapper, il tenta de reprendre brusquement le contrôle de la situation.

 -          Jeune homme, asseyez vous, vous ne devriez normalement même pas avoir l’honneur et le privilège de participer à cette audience, sachez le. Aucun d’entre vous ne le devrait, cela était censé se dérouler à Huit-clos. Alors s’il vous plait, si vous avez quelque chose de constructif à dire, attendez donc qu’on vous en donne le droit. Sinon, gardez vos vulgaires et pathétiques indignations pour vous !

 -          Ravi d’entendre que vous sachiez si bien nous le remettre en place, mon ami.

 -          C’est également valable pour vous, Raleigh. Les effets d’annonce et les colères furibardes ne sont pas un exemple d’intégrité et de bienséance. Veuillez s’il vous plait conserver votre attitude réactionnaire dans la guenille qui vous sert de poche.

 Ethan était tout bonnement impressionné. Jamais un tel homme n’avait si bien su attirer autant d’empathie et de haine en même temps. Il était bon, juste, mais pourtant aussi cassant qu’un éclat de verre. Il se rassit de la manière la plus discrète et la plus distinguée possible, attendant que le Président veuille bien reprendre la parole, une fois le silence totalement retrouvé.

-          J’ai décidé, en mon âme et conscience, de la bannir de notre Cité pendant un certain temps. Je l’ai ainsi attiré, lui qui est de nature malheureuse à espionner le moindre de mes gestes, vers le portail que les humains appellent Stonehenge. Une fois que nous sommes passés de l’autre côté, mon coéquipier et moi sommes revenus dans notre monde et avons condamné l’accès à ce portail. Demius devra voyager jusqu’au prochain portail pour pouvoir avoir une chance de revenir parmi nous. Cela nous laisse une chance de statuer sur son sort. Je vous rappelle qu’il est accusé du meurtre d’un de nos espions chez les humains, avec qui il avait apparemment eu un différent dans le passé, différent dont nous ignorons totalement l’ordre. Evidemment, nous attendions une réaction de sa part et imaginions bien que sa colère redoublerait lorsqu’il découvrirait qu’il avait été dupé. Nous n’avons pas été déçus : Demius, par sa seule force mentale, a réussi à détruire entièrement le portail.

Tollé dans l’assistance, certains se lèvent et poussent des cris d’indignation, brandissent un point en l’air, criant au scandale, se sentant dépossédés d’une partie de leur fierté et du patrimoine que leurs ancêtres avaient mis des siècles à construire.

-          Par conséquent, lors de son retour, Demius Croswell, étant donné la longue liste de délit dont il est l’auteur, et étant considéré comme un perturbateur de l’intégrité de notre société, sera condamné à mort.  

Ethan n’en croyait pas ses oreilles. Son père, l’homme qui avait mis tant de difficulté à l’élever, son modèle venait d’être condamné à mourir simplement par la décision de quelques membres en robe noire ?

-          VOUS N’AVEZ AUCUNEMENT LE DROIT DE STATUER SUR LA VIE OU LA MORT DE QUELQU’UN !, hurla-t-il en se levant à nouveau.

-          Petit, je te déconseille de contester mon autorité, il en aurait fallu bien moins pour que je me délecte de tuer ton père de mes mains, dit Aërendel sur un ton des plus autoritaires et froid.

En lieu et place du jeune homme qui se trouvait à cette place, sur ce siège, attendant patiemment qu’on statue sur la mort de son père, se tenait un aigle au regard et au bec aussi acéré que ses griffes, qui regardait l’ensemble du Conseil de ses yeux cruels et sans pitié, prêt à fondre sur eux tel un rapace. Mais au lieu d’utiliser son don pour trancher quelques têtes et écorner quelques visages, le jeune Ethan s’envola par l’un des plus hauts vitraux ouverts de l’immense sale, poussant un hurlement qui aurait sûrement pu être interprété comme étant de la colère. Il resta un moment à voler en rond, tel un vautour voulant fondre sur sa proie, puis redescendit doucement vers le sol, ses serres se transformant peu à peu, puis redevenant de simples orteils lorsqu’il toucha la pierre froide et poussiéreuse. Il vit alors Helphias, qui lui courait après, éternellement affublé de son minuscule couvre chef lui donnant un air quelque peu ridicule. Celui-ci semblait à la fois admiratif et outré.

-          Ethan, te rends tu compte de ce que tu viens de faire ? Tu as insulté le président !

-          Ce n’est pas moi qui l’ai insulté, c’est lui qui a insulté la mémoire de mon père, et de ma famille. C’est un être cruel, qui ne mérite même pas mon respect.

-          Tu n’es plus en sécurité, ici, que vas-tu faire, désormais ?

-          Ce que je vais faire ? Je vais chercher mon père, et le ramener chez nous. Ensuite, nous tenterons de faire tomber ces tyrans qui s’autoproclament défenseurs de la justice alors qu’ils ne sont que des meurtriers qui vivent encore en des temps bien trop anciens.  M’accompagneras-tu, Helphias ?

-          Tu me demande de choisir entre ma place au conseil et une vie de clandestin…

-          Tu oublies qui est mon père, et le conseil n’existera bientôt plus. Avec moi tu as tout à gagner. Si tu n’es pas de mon côté, alors tu es contre moi. Fais ton choix.

 

Alors Helphias le mince sauta en l’air et se transforma en une minuscule chouette à poil roux-orangé, et lorsqu’elle atteignit un point assez avancé dans le ciel argenté, elle hulula une seule fois. Ethan courut à son tour, prit de l’élan avant d’effectuer un grand saut et de se transformer en cet aigle si puissant et majestueux qui lui avait permis de s’échapper il y a quelques minutes. Tous deux prirent le bon cap, et lorsqu’ils arrivèrent à la même hauteur, ils se saluèrent. Le trajet dura des jours entiers, des nuits à contempler le ciel vide et les nuages en dessous qui les cachaient de toute terre connue. Lorsque Helphias fut épuisé, il quitta sa condition de chouette hulotte et se mit gracieusement sur le dos d’Ethan, qui lui servit alors de fidèle destrier.

 

Mais un détail auquel ils n’avaient pas pensé allait contrarier leur plan. Ils étaient des fugitifs maintenant, et le propre des fugitifs étaient d’être traqué. 

 

R.B, 

Le 12/10/2011

 


http://193.105.21.101/image/22113/artistic_eagle__1440x900.jpg

 

 


Partager cet article

Repost 0
Published by Rom - dans ImaginaRom
commenter cet article

commentaires

arlette 14/10/2011 15:46



belle imagination...


et écriture vivante ...j'aime


bises



Rom 14/10/2011 17:37



Cette jolie attention me touche beaucoup. 


J'essayes de rendre ma façon d'écrire sinon vivante, du moins un minimum évocatrice. Et je ne suis encore qu'un novice en la matière ! ^^


Mais le plaisir d'écrire est difficilement comparable. Sauf peut être à celui de recevoir des compliments comme le tien, par exemple ! 


Bonne continuation à toi et merci encore


 



dimdamdom59 13/10/2011 19:00



Ben tu vois tu as déjà les déformations des grands écrivains mdr!!!


A demain.


Bisous


Domi.



Rom 14/10/2011 16:43



Peut être pas jusque là quand même XD mais je me dis que tant qu'il y a de l'envie... 



dimdamdom59 13/10/2011 18:47



Excuses moi pour les phautes hihi!!!



Rom 13/10/2011 18:54



Neux t'an fé pa, cé pa grav  !XD



dimdamdom59 13/10/2011 18:46



Oh la oh la freine tes ardeurs mdr!!! En tous cas tu rencontre un fervent succès auprès de mes copines hors blogs, des personnes réelles lol!!!


Alors prêt pour demain???


Moi aussi, pourvu que ce soit moint mortel qu'aujourd'hui et que sur FB hihi!!!


Bisous Rom!!! Et encore bravo!!!



Rom 13/10/2011 18:54



Merci du compliment, sache que mes ardeurs sont incontrôlables mdr des fois j'écris 10 pages et puis je traverse un désert. Donc j'en profites tant que je peux ! 


Ravi de plaire, d'autant plus à des vraies personnes ! ^^


Prêt pour demain, j'ai même un petit trac, j'espères que tout va bien se passer ! 


Allez, on y croit ! 



webmarketing 13/10/2011 05:11



Hé salut, j'espère que tu vas bien, je viens de poster un nouveau buzz, viens voir dis moi ce que tu en passes, http://www.youseo.fr/buzz/buzz-stephane-rousseau-en-zig-pour-reebok/, tu peux rejoindre la nouvelle page facebook aussi
c'est nouveau :-)


Merci 



Rom 14/10/2011 16:42



Pas mal du tout ! Merci pour le lien ! 


 



Romworld

  • : RomWorld
  • RomWorld
  • : Un blog foufou, ou traîne un peu de tout. Des chansons, des articles, des histoires et pas mal de bonne humeur ! Le seul Rom qui est autorisé dans les pages de Valeurs Actuelles !
  • Contact

Rom World

 

Rom fait sa rentrée ! 

Retrouvez moi dans le nouvel annuaire !

Les Vieux De La Vieille

Texte Libre