Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 septembre 2011 3 07 /09 /septembre /2011 13:20

 

istock_2522841pellicule.jpg

 

 

Mercredi, jour des sorties  Aujourd'hui, nous verrons ressurgir des démons d'un passé peu glorieux pour former un drame à la tension peu commune. Nous irons ensuite vers des horizons plus légers et poétiques, puis nous reviendrons à l'essentiel dans un troisième temps. Si vous voulez bien me suivre... 

 

 

Cette semaine, j'ai vu

 

http://www.soireeslarochelle.com/images/cinema/2011/2011-presume-coupable.jpg

 

Qui ne se souvient pas de l'effroyable scandale judiciaire que fut l'affaire Outreau, ou 14 personnes furent injustement accusés d'affreux actes de pédophilies, actes qu'ils n'ont par ailleurs jamais commis ? L'une des plus grandes erreurs judiciaires de notre temps refait surface sous la direction avisée et meurtrière de Vincent Garenq. On y suit la descente aux enfers d'un homme, sans doute l'un des plus affectés par cette affaire, l'un de ceux qui ont "tout perdu" : Alain Marécaux, le fameux "huissier" de l'affaire des acquittés d'Outreau. Il est campé par un bouleversant Philippe Torreton, honnête, juste et broyé par une injuste machination judiciaire. La mise en scène, qui se veut pourtant assez sobre, traduit et laisse la place à une interprétation intime et incroyablement maîtrisée, de même que le rythme de l'action et le fort aspect documentaire qui ressort de cette alchimie dramatique, et qui respectent à la lettre le destin de cet homme qui a vécu l'inpensable. On savait que son histoire était forte. La voila mise en scène pour le cinéma, et elle n'a pourtant en rien perdu de sa force et de son mordant. Un film poignant, révoltant dont vous ne ressortirez certainement pas indemne. A voir. 

 

Cette semaine, j'ai revu
http://image.toutlecine.com/photos/n/o/s/nos-18-ans-16-07-2008-1-g.jpg

C'est l'histoire d'un jeune de 18 ans qui tombe amoureux d'une fille au cours d'une soirée, fille qui se révèle être celle du prof qu'il a insulté en fin d'année, et qui va être le prof qui va lui faire passer l'oral de rattrapage du BAC. On le voit évoluer dans son monde encore neuf, lui et sa bande de potes tous plus charismatiques les uns que les autres. Nos 18 ans est un film sans prétention aucune, qui se déguste comme une bonne glace, avec quelques éclats savoureux. Un vibrant hommage à La Boum et tous ces films des années 70-80 qui parlaient avec légèreté de la vie adolescente de l'époque. On retrouve d'ailleurs le même profil de personnage, sauf qu'ici le héros est un garçon (La grand mère fofolle, la petite soeur volage, le couple qui se sépare puis se remet ensemble, le papa autoritaire et bougon, ect...). Michel Blanc y interprête d'ailleurs très bien son rôle de prof faussement sévère, et on s'attache assez vite aux personnages de cette fable moderne, se déroulant d'ailleurs au tout début des années 90 (l'époque y est d'ailleurs bien retranscrite). On a notre lot de kitsch, d'histoires d'amour, de blagues potaches... Bref, un bon petit film français qui détend les nerfs, sans jamais paraître s'étaler. Sympa, donc. 
Cette semaine, j'ai envie de voir

Je n'ai pas pu départager les deux films que je vous propose aujourd'hui. Ce qui implique donc la chose suivante : double ration de frissons pour tout le monde ! 
Cette nouvelle version de The Thing, film mythique de John Carpenter ou des explorateurs déterraient en Antarctique une chose qui allait dépasser leur imagination et les faire périr les uns après les autres, à l'air assez fidèle à l'oeuvre d'origine. Elle introduit cependant un personnage principal féminin, ce qui n'est pas la seule nouveauté. De nouvelles scènes, mais aussi beaucoup d'hommage aux scènes de son prédecesseur, The Thing 2011 a pour ambition de réactualisé le mythe, pour que les nouvelles générations puissent le découvrir avec leurs doses d'éffets spéciaux et de scènes spectaculaires. A mon avis, rien de bien révolutionnaire et il y a peu de chance que le producteur de "Dawn of the dead" n'arrive à dépasser le maître. Cependant, la bande annonce intrigue assez et donne envie d'en voir plus. 
L'après Harry Potter s'annonce difficile pour celui qui tenait le rôle titre, je veux bien sûr parler de Daniel Radcliffe. Pourtant, The Woman In Black, dans son ambiance, son déroulement, sa manière de visualiser l'horreur et l'interprétation dont l'acteur semble être ici le seul centre, ont vraiment beaucoup de potentiel, et pourraient se rapprocher d'un film comme "Les autres" ou "L'orphelinat", par exemple. Des bons films d'angoisse et d'ambiance comme il en existe finalement assez peu. Si le pari est réussi, la reconversion risque d'être moins difficile que prévu pour le jeune acteur. On attends de voir. 

Partager cet article

Repost 0
Published by Rom - dans Ciné
commenter cet article

commentaires

Romworld

  • : RomWorld
  • RomWorld
  • : Un blog foufou, ou traîne un peu de tout. Des chansons, des articles, des histoires et pas mal de bonne humeur ! Le seul Rom qui est autorisé dans les pages de Valeurs Actuelles !
  • Contact

Rom World

 

Rom fait sa rentrée ! 

Retrouvez moi dans le nouvel annuaire !

Les Vieux De La Vieille

Texte Libre