Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 novembre 2011 4 17 /11 /novembre /2011 21:03

 

http://www.humourger.com/humournoir/bv000005.jpg

 

29


Tous les fils à maman de la planète n’auraient pu nier une évidence que vous ne réalisez que lorsqu’elle vous arrive. Lorsqu’un membre de votre famille meurt, vous êtes toujours en train d’attendre la catastrophe. Qu’un oncle bourré débarque à la cérémonie, qu’un type que vous ne connaissez pas s’invite au banquet et cambriole les petits fours, que les croque-morts ne fassent pas le travail demandé et que le cercueil tombe lamentablement, comme un papier qu’on jette par terre, dans un trou lâchement bâclé qui servirait bien pour enterrer le berger allemand de la famille mais certainement pas un proche.

 

C’est aussi logique que les mathématiques, et ça se passe exactement de la même manière pour les mariages : vous n’avez pas tellement envie de vous taper une heure d’église quand vous savez qu’en plus le curé va être rémunéré pour vous avoir fait faire la sieste. Oubliez la crèche : emmenez vos enfants aux mariages, tous les samedis pendant une heure c’est la sieste, ils vous lâchent la grappe. C’est un bon moyen d’économiser de l’argent et en plus, ça remplit les églises qui ont tendance à se vider ou à sentir la verveine et l’eucalyptus ces derniers temps (pour les plus courageux qui osent y mettre les pieds).

 

Et si les gosses foutaient le bordel ? Et si, au dernier moment, l’un des deux mariés se rendait compte qu’il avait fait une effroyable connerie et ne venait jamais à la cérémonie ? Pourtant, même dans ces moments là, on ne redoute en aucune façon le malheur des autres. Si le mariage est annulé pour non-venue, on se dit « je me suis déplacé un samedi après-midi dans les bouchons pour CA ? Ah, elle m’y reprendra plus, la Corinne, je la retiens ! La prochaine fois qu’elle se marie, ce sera en France, en Ouganda, en Musulmanie, ou elle veut mais sans moi ! ». Le plus pur des esprits aura beau rétorquer, on n’a pas peur que le cercueil se casse la gueule pour le défunt.

 

Non, tout ce qui nous effraie, c’est de se taper la honte devant toute la famille, d’aussi peu qu’on les estime, cela pourrait nous toucher dans notre propre estime. On s’en rappellera les jours sans, et on se désolerait des moqueries des invités au grand bal de la mort qui se sont alors bien fendus la poire. Un enterrement gai : ce dont personne ne rêve. Qu’au moins on vous pleure, qu’on chante un champ triste. On ne va pas faire un lâcher de ballon et un cassoulet maison autour d’une bouteille de Champo ! C’est comme si vous vous pointiez à un anniversaire sans cadeau : vous passez pour le raclo de service.

 

Pourtant, je me souviens d’un anniversaire… Mais nous y reviendrons plus tard. A vous installer dans un confort de lecture, autant que ça me soit agréable autant qu’a vous, vous ne croyez pas ?

 

 

 

http://www.humourger.com/humournoir/bv000036.jpg

 

30


Le coup de la pluie et des vêtements noirs, fut ce jour là comme un costume qui ne colle pas du tout avec le décor dans une mauvaise série. J’avais l’impression de me trouver dans se costume : c’est comme si Benny Hill s’était retrouvé en face de la famille de Dallas, et que JR lui avait taillé une bavette. Aussi vrai que Mac Guyver pouvait fabriquer un dérivateur radio avec une patate et un fil de fer, j’avais la vague impression d’être celui qui n’était pas invité, le glandu du fond, alors que j’étais pourtant le principal intéressé.

 

Ma mère devait être gentille en parlant de moi aux autres, à en juger par leurs regards aliénés. Ils étaient la bible, j’étais Mein Kampf. Pourtant, on ne se rappelle jamais de grand-chose dans ces moments là, tout semble dans le flou. On se dit que si le croquemort n’avait pas fait ce métier, il ferait sûrement lui aussi partie du cimetière en ce moment, mais sous terre. On se dit que le temps paraît bien beau pour un enterrement, et l’on se demande si au fond on ne l’a pas voulu.

 

Il y avait des gens de tous bords, certains que je n’avais même vu qu’en de rares occasions lorsque j’avais la morve au nez et que je faisais encore du vélo avec les petites roues. Nous avons procédé à des discussions banales, on m’a présenté plus de condoléances que toutes les neurones de Céline Dion réunies (donc pas tant que ça finalement). Pourtant, j’adore tous ces gens. J’aime le monde, j’aime voir les gens marcher dans une rue bondée, et constater que l’existence n’est qu’une réminiscence de souvenirs additionnés, et que l’on fait nos choix sentimentaux aussi simplement que l’on choisit un plat du jour sur une carte de restaurant, sans même se rendre compte que toutes les soupes ont, au fond, un goût identique.

 

J’aime perdre du temps les fois ou rien ne me tente, ou tout virevolte dans l’air dans la plume de l’incertitude, ou le temps et les caractères sont changeant, et ou le bonheur de la découverte vous pousse à explorer toujours plus les pensées cachées de cette masse éternellement filiforme, qui aurait envie de garder ses sombres secrets même sous la torture. Je me délecte de les leur arracher, de connaître le moindre aspect de leurs vérités, et de la raconter dans mes articles.

 

Au fond, si mon cynisme a pu en refroidir plus d’un toutes les fois ou nous nous sommes rencontrés, c’est parce que nous n’avons pas discutés assez longtemps pour que je leur dise ô combien  j’aime la vie. C’est sans doute parce que je l’admire tellement que je suis systématiquement obligé d’en critiquer tous les travers. La manière de penser reflète le mode de vie, on a pas attendu Einstein pour le savoir. Croyez vous que la gravité a attendu qu’un abruti fasse tomber une pomme pour s’exercer ici-bas ? Il faudrait être bien naïf.

 

Le cercueil était prêt à être descendu, mais j’ai tout de même tenu à dire quelques mots avant la mise en terre. Et une fois encore, mon incorrigible verve a encore fait des ravages. Mettez deux pierres en contact : forcément ça fait des étincelles.

 

 

 

http://www.humourger.com/humournoir/bv000015.jpg


 

31


 -          Merci à tous d’être venus. Ca fait plaisir de revoir la famille, aucune nouvelle depuis la mort de grand-mère Yvonne qui doit sûrement bien se marrer de là-haut en voyant ce que nos liens sont devenus : on a tout vendu aux Chinois, et maintenant on a plus que de la camelote. Maman, je ne pourrais pas dire que je t’en veux pour toutes les sales crasses que tu m’as fait, ni pour la vie dissolue que tu as menée : après tout les plus grands artistes du rock étaient des camés. Et puis, chers convives, il ne faut pas oublier qu’elle a donné naissance à la merveille qui est devant vous en ce moment. Ne vous inclinez pas, ce n’est pas la peine : la vieillesse le fera pour vous. Voilà, je ne vais pas verser une larme devant vous, ça ferait bien trop plaisir à certains. Pardonnez donc ma grande gueule, mais ce qui doit être dit ne peut être altéré. Alors on se revoit au prochain enterrement et on se fait une bouffe !

 

J’ai rejoint le rang, dévisagé par des dizaines de visages outrés : visiblement, mon aspect misanthrope hypocrite avait fait son petit effet. En vérité, j’avais beaucoup de peine de n’avoir aucun lien familial quel qu’il soit, de n’avoir aucune vie sentimentale. Mais ma carapace, c’était d’être ignoble avec tout le monde, car une partie de moi détestait tous ces ploucs, et c’est celle que je décidai d’entendre et de retenir une bonne fois pour toute.

 

La fin de la journée se passe comme elle aurait du, mon oncle m’a ramené chez moi et ce fut tout. Ah, si, ma tante avait voyagé avec nous. C’était une espèce de vieille mégère un peu acariâtre, en tout cas plus qu’elle n’aurait du l’être à son âge, qui était pourtant avancé. En descendant, elle me regarda d’un air sombre et murmura :

 

-          Dis donc, si tu pouvais t’occuper le plus tôt possible de l’héritage, ce serait bien...


Je lui laissais pour toute réponse un joli doigt d’honneur en me dirigeant vers mon appartement, comme ultime cadeau ; lui confirmant par son propre témoignage toute l’étendue de mon irrévérence. 

 

R.B

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Rom - dans ImaginaRom
commenter cet article

commentaires

galaté 20/11/2011 18:11


Intéressant... J'aime bien la couronne, elle est parfaite dans le contexte même si elle est atroce !

Rom 25/11/2011 19:55



Oui, c'est vrai qu'elle évoque un sentiment très paradoxal... ^^


Merci pour ta réaction ! 



dimdamdom59 20/11/2011 15:24


Ce que tu dis est tellement vrai!!! Je me souviens que lorsque j'étais ado, il y a bien longtemps mdr, je craignais en permanance d'inviter mes copains et copines chez moi, car je trouvais que
rien n'était assez top pour les recevoir !!! Aussi j'avais honte de l'ameublement chez moi, de mes parents qui franchement étaient des personnes, ordinaires soit, mais ni vulgaires ni trop
guindés, mais pour ma part, c'était trop l'un ou trop l'autre lol!!!


Aujourd'hui que je suis une maman, je constate la même chose avec mes enfants. Pas qu'ils aient honte de nous que du contraire, je dirais même qu'ils ont une certaine fierté et ne se cachent pas
de nous le dire, par contre leurs nanas, surtout une des trois, ne nous a encore jamais présenté ses parents, elle représente exactement le shéma que tu nous décris, ceci dit pour les connaître
un peu je comprends qu'elle ne veuille pas nous les présenter, ce sont des pête sec mdr!!!


Alors la couronne de fleur avec l'épitaphe "Salope", ça j'adore mdr!!!


Bon je viens aussi te remercier de ton com sur mon blog de poésie, je n'ai pas encore trouvé le moyen de "répondre" via le blog.


C'est un blog que j'ai depuis plus d'un an, j'avais du le fermer parce que des personnes voulaient monopoliser la plateforme d'Eklablog", ils y ont fait régnier un climat détestable au point que
j'ai préférer exiler, mais à force de faire le vide autour de moi et d'eux voilà qu'ils se retrouvent bien seuls aujourd'hui du coup ils m'ont fait de la place et je suis revenue lol!!!


Voilà c'était pour la petite histoire du coin de ma poésie lol!!!


J'ai encore quelques 80 poèmes à transférer, je le ferais petit à petit!!!


Bisous Rom et je ne te dis pas à cette semaine, car je prends quelques jours de vacances!!!


Domi.

Rom 20/11/2011 15:28



Effectivement, j'avais vu ça sur le site de l'annuaire, ça m'étais sorti de l'esprit. Merci à toi d'avoir répondu, et bonnes vacances (bien méritées) ^^


A plus ! 



Darkgouss 18/11/2011 17:59


Hey Rom, au bout du onzième petit éloge, je n'y tiens plus : éloge est un mot masculin, par conséquent petite s'écrit ici petit... Bises, continue d'écrire, y'a du bon là-dedans ^^


A bientôt :-)

Rom 18/11/2011 19:10



Wow... vraiment désolé pour cette horrible faute qui est corrigée tout de suite. Merci de me l'avoir fait remarquer ! 


Hé hé , merci ! :)


Bonne fin de semaine



tmor 18/11/2011 11:23


Hello,


Une fois de plus un moment de lecture agréable. J'aime bien ton décryptage par le quotidien et le burlesque des rites sociaux. Ça me parle.


La petite pointe douce et sincère sur l'ennuie dans le 30 m'a bien parlé également.


Quant à la couronne funéraire, je ne ferais aucun commentaire.


Belle journée à toi.

Rom 18/11/2011 19:14



Effectivement, je me suis un instant que la couronne était trop ignoble. Et puis je me suis souvenu que c'était justement pour ça que je la mettais... ^^


Merci pour ton commentaire, qui une fois de plus me touche. 


Très bon début de week end à toi



Romworld

  • : RomWorld
  • RomWorld
  • : Un blog foufou, ou traîne un peu de tout. Des chansons, des articles, des histoires et pas mal de bonne humeur ! Le seul Rom qui est autorisé dans les pages de Valeurs Actuelles !
  • Contact

Rom World

 

Rom fait sa rentrée ! 

Retrouvez moi dans le nouvel annuaire !

Les Vieux De La Vieille

Texte Libre