Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 avril 2011 3 13 /04 /avril /2011 10:12

http://img.over-blog.com/369x500/3/97/40/26/Affiches-2/SCREAM-4.jpg

 

Scream s'est toujours démarqué par son aspect parodique et pasticheur de tous les films d'horreur les plus célèbres du cinéma. Le tout premier, qui mettait en avant une Drew Barrymore revennante d'entre les âfres de la drogue dans une introduction de 11 minutes d'anthologie, bouleversait déjà tous les codes du cinéma de genre. Des références à foison, une génération éduquée aux Halloween et autres Freddy Krueger. Voila les héros qu'on nous dévoilait dans Scream.

Un film d'horreur loin du porn-gore à la Hostel comme il en existe tellement aujourd'hui, mais plutôt violent dans sa banalité et drôle dans ses situations originales et ses meurtres d'une inventivité réjouissante. Neve Campbell, David Arquette et Courteney Cox sont de retour dans un quatrième volet de Scream, certainement le début d'une nouvelle trilogie. Sous la houlette de Wes Craven (réalisateur des trois premiers mais aussi du mythique Les Griffes de la Nuit) et disposant de Kevin Williamson pour le scénario (auteur de celui du premier Scream et de l'idée originale), Scream 4 fait intervenir une pléïade de nouveaux acteurs et actrices qui sont bien sûr là pour compléter le casting original et changer un peu le goût de la sauce.

Par oû commencer? Par le début sans doute. La scène d'introduction est vraiment très bien réalisée et drôle, elle berne le spectateur jusqu'a ce que le titre du film se dévoile. On retrouve cet aspect parodique qui est cette fois ci poussé à l'extrème, en raison notamment des nouvelles technologies (smartphones et leurs applications détournées, nouvelle génération de films d'horreur, internet bien sûr mais aussi Webcam, caméra, Wi-Fi) qui sont utilisés à foison dans le film et en constituent même la pierre angulaire.

Tout est détourné dans cet épisode. Le fait que le film soit dans le film, que les héros sont simplement vus comme les acteurs des évènements tragiques qui se sont déroulés dix ans auparavant. Les fans retrouveront d'ailleurs avec joie la petite ville de Woodsborow ou se déroule l'action, qui était la ville d'origine uniquement utilisée dans le premier film. C'est donc un retour aux sources qu'a effectué Craven, en hésitant pas à se moquer de ses propres films, de situer tous les décors dans des lieux célèbres de scènes issues de films d'horreur, de faire des références aux 3 premiers Scream tout au long du film...

Car Scream 4 n'est pas un film d'horreur. ce serait plutôt un mélange entre le film d'épouvante et la comédie, ce qui fonctionne étonnament bien, puisqu'on est surpris lorsque les choses deviennent vraiment sérieuses. Bien entendu, la conclusion est réellement bien amenée et totalement innatendue, elle est en quelque sorte la clef de l'énigme que constitue le film, ce que tout le monde attends sans vraiment l'attendre. Quand on aime un film, on ne veut pas forcément qu'il se termine. Durant 1 heure 50, Craven nous balade dans son monde référencé rempli de clichés américains forcément immédiatement reconnaissables aux yeux du spectateur. Scream est un peu à l'horreur ce que l'absurde est à la littérature : un bouleversement des codes, un tas d'imprévus bien agencés qui ne servent qu'a en arriver à la conclusion finale, comme le bouquet final d'un feu d'artifice, ou tout espoir de changer les choses est vain, et ou les conversations entre les personnages ne sont plus que des bribes de souvenirs sans réel agencement.

On retrouve avec plaisir les ingrédients qui ont fait la force de la première trilogie, enthosiasmés par les excellents jeux de Cox et de Campbell, qui reprennent leur rôle avec plaisir. Les nouvelles têtes telles qu'Hayden Pannetierre jouent forcément un rôle important puisqu'elles apportent un peu de fraîcheur et de nouveauté qui empêchent le film de s'embourber dans le déjà vu. Du côté des meurtres, justement, on constate une petite baisse d'originalité (qui ne se souvient pas de la décapitation du premier volet ou des meurtres des acteurs de Stab 3 dans Scream 3ème du nom?) même si on assiste tout de même à de belles réussites (dans le parking ou même la scène d'ouverture). Au final, Scream 4 relève aisément le niveau de son 3ème volet un peu moins bien que les autres. Un film génial dans son idée de départ, qui est d'ailleurs bien exploitée.

Pour le voir dans de bonnes conditions, il ne suffit pas d'aimer les films d'horreur. Il vaut mieux : Premièrement avoir vu les 3 Scream récemment et se souvenir des évènements; Deuxièmement avoir une certaine culture dans le domaine des films de genre. Si vous remplissez ces critères, vous serez alors dans les conditions idéales pour aller voir ce film au cinéma, et en saisir toutes les subtilités. Un des meilleurs de la saga et une belle réussite, au grand soulagement des fans. 

 

A bon en temps durs,

R.B le 13/04/2011

 

 

 


 

Partager cet article

Repost 0
Published by Rom - dans Ciné
commenter cet article

commentaires

Romworld

  • : RomWorld
  • RomWorld
  • : Un blog foufou, ou traîne un peu de tout. Des chansons, des articles, des histoires et pas mal de bonne humeur ! Le seul Rom qui est autorisé dans les pages de Valeurs Actuelles !
  • Contact

Rom World

 

Rom fait sa rentrée ! 

Retrouvez moi dans le nouvel annuaire !

Les Vieux De La Vieille

Texte Libre